The Children’s Friend (1821)

L'apparition du premier renne du Père Noël ne remonte pas à Robert Lewis May et à Rudolph (1839) puisqu'en 1823 le professeur new yorkais Clement Clark Moore avait déjà évoqué un traineau et 8 rennes dans son poème The Night Before Christmas (La Nuit avant Noël). Mais Moore s'était-il inspiré d'une autre œuvre ?

Et bien oui... Moore s'était vraisemblablement inspiré d'un poème anonyme publié à New York deux ans plus tôt, en 1821, dans un petit livret illustré de 14 pages par William Gilley, imprimeur : A New Year's Present, to the Little Ones from Five to Twelve Number III : The Children's Friend (L'Ami des enfants).
Vous pouvez visualiser ce livre en plein écran sur le site Past is present - The American Antiquarian Society Blog.

Dans les quatre premiers vers, l'auteur fait référence à un renne tirant un traineau lors d'une nuit glaciale et allant de cheminée en cheminée distribuer des cadeaux aux enfants.



Old Santeclaus with much delight
His reindeer drives this frosty night,
O’er chimney-tops, and tracks of snow,
To bring his yearly gifts to you.

The steady friend of virtuous youth,
The friend of duty, and of truth,
Each Christmas eve he joys to come
Where love and peace have made their home.

Through many houses he has been,
And various beds and stockings seen;
Some, white as snow, and neatly mended,
Others, that seemed for pigs intended.

Where e’er I found good girls or boys,
That hated quarrels, strife and noise,
I left an apple, or a tart,
Or wooden gun, or painted cart.

To some I gave a pretty doll,
To some a peg-top, or a ball;
No crackers, cannons, squibs, or rockets,
To blow their eyes up, or their pockets.

No drums to stun their Mother’s ear,
Nor swords to make their sisters fear;
But pretty books to store their mind
With knowledge of each various kind.

But where I found the children naughty,
In manners rude, in temper haughty,
Thankless to parents, liars, swearers,
Boxers, or cheats, or base tale-bearers,

I left a long, black, birchen rod,
Such as the dread command of God
Directs a Parent’s hand to use
When virtue’s path his sons refuse.


Je tacherai de vous proposer une traduction dans les jours à venir.

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 Commentaire(s):

jerrica10,  mercredi, 21 octobre, 2015  

Isa, j'ai fait une traduction sur mon blog. Bisous.

roden164,  dimanche, 25 octobre, 2015  

Merci pour la découverte Isa ! 1821, je suis impressionné... Ce petit livre est drôle, j'aime bien les dessins. Déjà en 1821 on trouvait donc mieux d'offrir un livre ou un ballon plutôt qu'un tambour ou une épée, je trouve ça comique.

Isa Noel Joyeux dimanche, 25 octobre, 2015  

Oui, tout à fait. Ce qui est vraiment drôle en effet, ce n'est pas que le pistolet soit considéré comme un jouet violent... non... il fallait juste des jeux qui ne soient pas bruyants. C'est un point de vue intéressant et ça en dit long sur le comportements des parents à l'époque. Ils préféraient que le Père Noël offre à leur enfant un pistolet en bois plutôt qu'un tambour !

C'est quand Noël ?

A Propos

Je suis Isa, elfe du Père Noël...
(lire la suite)

Visites

MENTIONS LEGALES :
Copyright © 2008-2011 - Tous droits réservés noel-joyeux.blogspot.com
Toute reproduction interdite.
Les textes, photos, vidéos, extraits musicaux et éléments similaires demeurent la propriété respective de leurs auteurs.
Pour toute réclamation concernant le contenu de ce blog, question ou rectification de copyright, merci de me contacter.

  © Blogger template Newspaper III by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP